Volailles : rencontre avec un rôtisseur soucieux du bien-être animal

AFAAD entretien avec un rôtisseur

Label Braise rôtisserie MontaubanL’AFAAD s’est entretenue avec Alain, créateur de la rôtisserie Label Braise à Montauban. Ce fervent défenseur de la cause animale entend bien assurer une totale traçabilité concernant les conditions d’élevage et d’abattage des volailles qu’il propose à ses clients.
Les scandales récents dans des élevages intensifs de volailles nous ont convaincu de le rencontrer afin de mieux comprendre comment une filière totalement respectueuse des animaux peut émerger sur le marché ultra-intensif de la volaille.
Alain nous confie la vision de son métier, le soin qu’il apporte à donner des explications à ses clients, y compris concernant la question de l’abattage. Plus que jamais, il est important de donner la parole aux artisans qui souhaitent renverser le système actuel des élevages intensifs et de la surconsommation.
Rencontre.

Depuis combien de temps exercez-vous cette activité ?

Ma compagne et moi-même avons créé la rôtisserie Label braise en Décembre 2014 à l’occasion d’une reconversion professionnelle, je voulais m’investir dans une activité qui ait du sens par rapport à mes convictions.
Stop à la « malbouffe », assez de la maltraitance animale !
Je vais d’ailleurs créer un réseau de rôtisseurs « animal responsable »  qui fédèrera des professionnels motivés par le respect des animaux et prêts à s’engager pour des viandes éthiques de qualité. Je veillerai personnellement au respect strict de ces valeurs qui seront  la clé de voûte des « Maitres de la braise« .

Comment sélectionnez-vous les volailles et les éleveurs avec lesquels vous travaillez ?

Je travaille avec les éleveurs de la race « Jaune de Gascogne » Label Rouge ; ces élevages ont un cahier des charges très exigeant, en particulier quand à la qualité des conditions d’élevage (les volailles sont élevées en complète liberté dans un espace naturel).
Je vais d’ailleurs prochainement réaliser une vidéo qui présentera à la clientèle les images des élevages concernés !

Avez-vous une visibilité sur  l’abattoir qui s’occupe de vos volailles  et sur la méthode d’abattage utilisée ?

Le cahier des charges de ces éleveurs est très exigeant aussi sur cette phase.
Les volailles doivent être ramassées à la main (et non pas par une machine comme c’est le cas dans les élevages industriels !).
Le transport est limité à un maximum de 100 km, et les animaux doivent bénéficier d’un temps de repos à l’arrivée. Puis les volailles sont suspendues en chambre obscure pour limiter le stress, et étourdies systématiquement avant la saignée (étourdissement par méthode électrique).
Je suis d’ailleurs invité par l’abattoir pour une visite …

Sentez-vous que votre clientèle essaye de consommer différemment : va-t-elle vers « le moins mais le mieux » ?

Petit à petit la clientèle est à l’écoute de mes explications sur le choix d’une consommation limitée mais exigeante ! C’est un nouvel état d’esprit à développer : consommer moins de viande, mais privilégier des viandes provenant d’élevages respectueux des animaux, même si le prix en est plus élevé.

Volailles rôtisserie label braise

Votre clientèle vous interroge t- elle sur la méthode d’abattage des poulets ?

Pas encore … !
Mais c’est moi qui aborde ce sujet en évoquant en particulier l’abattage avec étourdissement systématique …

Plus généralement, pensez-vous que les professionnels de la boucherie, de la charcuterie doivent jouer la carte de la totale transparence concernant la méthode d’abattage ? Seriez-vous favorable à une labellisation garantissant à la fois de bonnes conditions d’élevage mais aussi d’abattage ?

Bien sûr !
C’est aux professionnels de la filière viande de mettre en avant le respect du bien-être animal ; ils doivent expliquer à leur clientèle les différences entre les élevages industriels et les élevages respectueux, et aussi oser parler des précautions prises lors de l’abattage pour limiter au maximum le stress et la souffrance des animaux.
C’est une question de qualité des viandes mais aussi d’éthique ! 
Les éleveurs doivent pouvoir travailler en toute confiance à ce sujet avec les abattoirs qu’ils choisissent. C’est la garantie indispensable au sérieux d’un projet de label « respect de l’animal » !
J’ai le projet personnel de créer un réseau de rôtisseurs «  animal responsable «  qui fédèrerait des professionnels motivés par le respect animal.

Que pensez-vous des scandales récents dans les abattoirs ? Êtes-vous surpris ?

Malheureusement, je ne suis pas surpris.
On sait bien que dans beaucoup d’abattoirs c’est la logique industrielle qui prime !  Ce qui m’a un peu étonné c’est qu’un abattoir spécialisé en bio soit lui aussi impliqué dans des cas de maltraitance animale ; ce qui confirme à quel point les éleveurs doivent être vigilants  dans leur collaboration avec l’abattoir !

Une vidéo de présentation a été réalisée par l’équipe de la rôtisserie, vous pouvez la consulter ci-dessous (pour aller plus loin, retrouvez la rôtisserie Label Braise) :

 

Entretien réalisé par Madame Opportune Coste, adhérente et bénévole de l’AFAAD

A propos de l'auteur

AFAAD
Association en faveur de l'abattage des animaux dans la diginité. Nous nous battons pour que chaque animal soit étourdi préalablement à sa mise à mort.

Soyez le premier à commenter cet article sur "Volailles : rencontre avec un rôtisseur soucieux du bien-être animal"

Laisser un commentaire