Abattoirs : La parole à nos bénévoles-adhérents

Abattoir, témoignage AFAAD

L’AFAAD c’est avant tout la mobilisation de tous sur le dossier des abattoirs.
Nous avons souhaité donner la parole à Annick, adhérente et bénévole résidant à Limoges. Annick participe aux actions de l’association depuis sa création. C’est grâce à l’investissement de personnes comme elle que nous pouvons aujourd’hui progresser et proposer de plus en plus de pistes de travail : le camion abattoir mobile, les interviews des parties prenantes dans la filière abattage, l’enquête 2016 auprès des artisans-bouchers etc.
Avant tout, c’est cette belle énergie qui nous permet de sensibiliser au quotidien sur le sujet de l’abattage et de le rendre de moins en moins tabou et opaque. Plus que jamais, ce sujet doit pouvoir devenir une réalité bien concrète qui guidera l’acte d’achat des consommateurs, faut-il encore parvenir à obtenir cette transparence!

1) Pourquoi avez-vous choisi de soutenir l’AFAAD plutôt qu’une autre association œuvrant sur ces questions?

« Si je soutiens tout particulièrement cette association, c’est pour son engagement qui ne se résume pas seulement à dénoncer les scandales qui font la une dans la presse, mais parce qu’elle œuvre toute l’année, sur le sujet de la souffrance animale dans les abattoirs. Étant bénévole, je sais la difficulté d’aller sur le terrain évoquer ce sujet dont personne ne veut vraiment entendre parler. C’est donc courageux et tellement nécessaire ».

2) Quelles sont selon vous les priorités actuelles dans le dossier des abattoirs?

« Bien sur il y a le problème de la transparence dans les abattoirs. Sur ce point je pense qu’il faut absolument renforcer les contrôles car justement,  il n’y a pas de transparence. Il y a un manque cruel de vétérinaires inspecteurs.
D’autre part, il faut s’assurer que le personnel qui travaille sur les chaînes d’abattage soit formé  (c’est un métier, on ne s’improvise pas abatteur ), et là je pense que malheureusement trop de personnes n’y connaissent rien (intérimaires recruté sur le tas etc…) et rendent la mise à mort insoutenable de souffrance et d’agonie pour les animaux, c’est inadmissible avec les moyens à notre disposition ».

3) En tant que consommatrice de produit carnés, qu’est ce qui vous manque aujourd’hui pour pouvoir faire un choix d’achat éthique et responsable?

« Moi, je consomme de la viande,  je ne m’en cache pas.
Toutefois, ce que je ne supporte plus, c’est le manque d’étiquetage. Bien sûr il y a beaucoup d’informations sur l’étiquette (provenance, lot, date, labels et autres AOP/AOC) mais où se trouve donc la méthode d’abattage? Abattage conventionnel ou rituel? Je sais que l’abattoir municipal de Limoges est mixte (il réalise donc les deux méthodes d’abattage), comment savoir que je ne consomme pas à mon insu un animal abattu rituellement?
J’ai besoin de savoir car aujourd’hui je ne suis pas en mesure de faire un choix éthique concernant la mort de l’animal, et je le déplore ».

4) Qu’auriez vous envie de dire aux éleveurs que nous rencontrons et qui déplorent l’état actuel de la mise à mort de leurs animaux dans les abattoirs industriels?

« Que je les plains vraiment. Ils font un métier dur, mais noble. Beaucoup respectent leurs bêtes, et c’est énormément de travail. Ils doivent être bien malheureux d’être obligés de laisser leur animaux dans les abattoirs industriels qui abattent à  tour de bras, et parfois sans étourdir correctement les animaux, avec toutes les souffrances qui s’ensuivent!

Actuellement, les éleveurs n’ont pas de moyens de contrôles sur ces mises à  mort. Il faudrait développer les abattoirs ambulants. Les trajets pour aller aux abattoirs ne sont que souffrances, parfois sans eau, les animaux pataugeant dans leurs excréments, est-ce normal ? Pas de nos jours.
Je déplore que cela soit ainsi, au nom de toujours plus de profit, vite, vite, et toujours plus, c’est révoltant.
Ils y a des lois, mais elles ne sont pas respectées. Il faut vraiment plus de contrôles à tous les niveaux, à partir du moment où la bête quitte l’éleveur.
Pour finir je remercie l’AFAAD de dénoncer courageusement ces abus, cette souffrance inutile, ainsi que toutes celles et ceux qui adhérent à cette cause.
Merci de m’avoir lu, mais ça me tient à cœur ».

A propos de l'auteur

AFAAD
Association en faveur de l'abattage des animaux dans la diginité. Nous nous battons pour que chaque animal soit étourdi préalablement à sa mise à mort.

Soyez le premier à commenter cet article sur "Abattoirs : La parole à nos bénévoles-adhérents"

Laisser un commentaire